• Anne-Sophie Jung

Existe-t'il une vie après la mort ?




J'avais envie de te partager un extrait du livre "Les 7 bonnes raisons de croire à l'au-delà" du Dr Jean-Jacques Charbonier

"Notre vie terrestre pourrait être mise en parallèle avec celle d'un fœtus dans le ventre de sa mère.

Imaginons pour la démonstration la discussion de jumeaux flottants dans le liquide amniotique à la fin d'une grossesse. Appelons-les Gabriel et Léon. Léon est un matérialiste qui ne croit pas à ce qu'il perçoit dans sa vie intra-utérine. Son frère Gabriel est spirituellement plus évolué et pense qu'une vie diffère de celle qu'il subit depuis près de 9 mois est tout à fait possible. Ils communiquent par télépathie.


Léon : Tu crois qu'il existe une vie après la naissance ?

Gabriel : Bien sûr. Tout le monde sait qu'il y a une vie après la naissance.

Léon : Dans ce cas, qu'est-ce qu'on fait ici, alors ? Cette vie intra-utérine serait stupide et complètement inutile !

Gabriel : Nous sommes ici en transit pour grandir et être assez forts. Nous nous préparons pour ce qui nous attend après.

Léon : Ouais, l'espoir fait vivre ! Tout ça, ce ne sont que des conneries ! Il ne peut pas y avoir une vie après la naissance !

Gabriel : Mais pourquoi donc ?

Léon : Parce que personne n'est revenu de cet utérus après sa naissance pour nous dire qu'une vie existait de l'autre côté. Si personne n'est revenu, ça veut dire qu'il n'y a qu'une seule vie possible et que c'est celle que nous vivons ici, un point, c'est tout !

Gabriel : Mais pourtant, il existe bien des signes d'une vie après la naissance, des choses qui prouvent que des événements se passent en dehors d'ici.

Léon : Ah bon ? Alors, dans ce cas, donne-moi un seul exemple de signes dont tu parles.

Gabriel : Par moment, j'entends des voix, des bruits et des sons mélodieux. Si tu es attentif, si tu écoutes bien, si tu te concentres et si tu penses que c'est possible, je suis sûre que toi aussi, tu pourras les entendre. Comme nous ne sommes que 2 ici, ces sons ne peuvent venir que d'un autre monde parallèle au nôtre.

Léon : Mon pauvre vieux, je te plains, ton imagination travaille trop ! En fait, tu as tellement peur de disparaître au moment de ta naissance que tu t'inventes des trucs pour te rassurer. Et donc, tu hallucines ! Moi, je n'ai rien entendu d'autre que les bruits de nos déplacements dans ce liquide !

Gabriel : Il paraît que quand on passe de l'autre côté, on voit une grande lumière au bout d'un tunnel noir.

Léon : Ah oui, tu veux parler des NBE, les Near Bearth Experiences, les expériences aux frontières de la naissance qui viennent dans les menaces de fausses couches. Foutaises que tout cela !

Gabriel : Et après avoir traversé le tunnel et rencontré la lumière, nous verrons notre mère.

Léon : Ah bon ! Parce qu'en plus tu crois en une mère, toi ?

Gabriel : Oui, une mère qui prendra soin de nous et qui nous protégera car elle nous aime plus que tout.

Léon : Mais réfléchis un peu, ce que tu dis est absurde ! Si cette mère débordante d'amour existait vraiment, on le saurait ! Elle viendrait nous voir dans cet utérus ! Elle se montrerait ! Elle ne nous laisserait pas souffrir comme ça, dans cet endroit si petit et si noir !

Gabriel : Tu te trompes ; notre mère est partout autour de nous et nous sommes en elle. Nous vivons et nous déplaçons grâce à elle. Nous existons grâce à elle et à l'amour qu'elle nous porte.

Léon : Tu pètes les plombs, mon pauvre ! Tu ne vas quand même pas être comme tous ces illuminés qui croient en Mère !

Gabriel : Quand nous passerons de l'autre côté, elle sera là et elle nous prendra dans ses bras…

Léon : Mais tu n'existeras plus quand tu passeras de l'autre côté !

Gabriel : Qu'est-ce qui te fait dire ça ?

Léon : C'est ce cordon relayé à ton abdomen qui te fait vivre. Sans ce cordon, tu n'es plus rien et toute vie est impossible. Quand tu passeras de l'autre côté, ce cordon sera coupé. Tu n'auras plus aucun moyen de recevoir de l'oxygène et du glucose. Privé de ces 2 éléments vitaux, tu mourras en moins de 3 minutes !

(...)

Gabriel : Non, pas du tout !

Léon : Quoi ???

Gabriel : Je pense que ce cordon ne nous est indispensable qu'ici ; nous n'en aurons aucunement besoin quand nous serons de l'autre côté.

Léon : Pfffff, j'abandonne, tu es vraiment irrécupérable !

Gabriel : Après notre naissance, nous pourrons nous déplacer dans ces espaces infiniment plus grands que celui-ci. Nous aussi, nous grandirons. Notre vie, la vraie, ne commence qu'à ce moment-là."


Et toi, tu es plutôt Léon ou Gabriel ?

Je serais ravie de connaître ta vision et d'échanger avec toi, tu peux me contacter par mail annesophie.therapie@gmail.com.


Spirituellement,

Anne-Sophie